Alix Lerman Enriquez

Une fenêtre s’ouvre


Le rideau tremble devant
la vitre opaque du ciel
maculée de cendre et de suie.

Un oiseau passe,
y trace des cœurs fléchés
des paroles d’écolier,
et des poussières d’or
et de lune émiettée.

La fenêtre s’ouvre comme
s’ouvre la nuit violette
avec ses tessons d’étoiles,

comme meurt le jour rose
et ses débris d’enfance
et ses festons de pleurs,
ses larmes de soir écrouées.












Née à Paris en 1972, Alix Lerman Enriquez s’adonne depuis très longtemps à l’écriture poétique. Elle a publié plusieurs recueils de poésie : Météores (La Bartavelle, 2005), Les territoires de la nuit pourpre (Do Bentzinger, 2012), À Contre-jour (Hervé Roth, 2013), Les fruits blets de ma solitude (Flammes Vives, 2014) Herbier d’errances (Flammes Vives, 2016) et Au-delà de la nuit  (Les poètes français, 2016). Son blog : Perles de poésie.

2 commentaires:

  1. Quelle unité d'accent ! Il "tient" de bout en bout la même note de fine mélancolie contemplative. Les images qui l'émaillent y contribuent aussi. Merci !

    RépondreSupprimer