Ana Minski


Le ciel tombe sur le ronflement des machines
Nous ne flécherons plus les vautours
Nous ne mangerons plus ni père ni mère…

La table étreint l'assiette dépèce le lit sermonne l'amour suffoque
Vols épouvantés de colères mortes
Des pans de palabres claquent au vent…

La stupeur des vivants :
Mémoires effondrées
Clignotant aux rotondes…





L'ange du chaos.








Se promenant entre le Val-de-Marne et les Pyrénées, tour à tour documentaliste, archéologue, femme de ménage, chômeuse..., Ana Minski a publié quelques poèmes et nouvelles (Le Capital des mots, Les Corrosifs, Créatures, Les tas de mots, Les Artistes Fous Associés, La gazette de la lucarne) et elle peint depuis 2011 : http://mitaghoulier.blogspot.fr/. Présente dans les n°s 5, 6, 7, 8, 12 et 14 de Lichen.

3 commentaires:

  1. Chaque vers enfante si puissamment un monde.
    L'Ange du chaos à l'œuvre aussi sans doute ?

    RépondreSupprimer
  2. Nous retrouverons nos visages parmi les oripeaux.

    RépondreSupprimer