Anne.B


Les larmes de ma nuit se sont serrées dans mon cœur
Je ne devenais plus qu’une bulle essuyée

En sens inverse crachée au vent
Je regardais mes mains pleines de la laideur de mes jours
Où j’avais assis le temps pour le défaire
J’avais rempli mon miroir avec les traits de mon ciment

Caché à la rosée de mon essence
J’étais cette montagne dépouillée à vif des éclats d’une pénombre.







Née à Milan en 1975, Anne B., « artisane des mots », vit avec sa plume, sa craie et son pinceau qui ne la quittent pas. « On ne cherche pas un port d'attache quand on écrit. L'écriture est tout sauf rassurante,  elle nous redonne à notre abîme, à notre fragilité de se dire vivant. Plus on pose nos mots, plus on s'égratigne, plus on doute de soi, des autres », écrit-elle. Présente dans les n°s 19, 20 et 21 de Lichen.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je vois tardivement ce petit commentaire et je m 'en excuse.
      Un grand merci Joëlle pétillot.

      Anne.B

      Supprimer
  2. Tellement intime et tellement universel... Merci Anne B pour cette émotion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour ce commentaire qui me touche beaucoup.
      Si ma plume peut donner de l 'émotion , j'en suis la plus heureuse..et je continuerai à embrasser le monde.
      Merci Lucile Morelle

      Anne.B

      Supprimer