Anouch Paré

pour Kristo

« Le fantôme qu’est devenu notre premier baiser
hante nos bouches  (...) » 
R. Brautigan,  Journal japonais


nos mutations du mercredi

l'un, l'une pourront toujours dire

                                   une forêt pour moi, ce ne sont rien que des arbres poussés
ou
                                   une forêt ? on s’y promenait le dimanche, 
                                   en famille, ou avec des amis — si des amis étaient passés.

Mais qui,
des fantômes rencontrés dans les royaumes construits à la force des mercredis
parmi les ronces et les orties, et l'étang aux reflets boueux d’où nos mains revenaient nageoires,
ramènera à dos de cerf le sac de pupilles dorées où nous allongions nos paupières ?



à deux pas du chapiteau

scier la lune c'était notre lot
son menton dépassait encore
d'un pouce mais c'était de trop

l'Académie des Sciences s'inquiète comme en d'autres temps
pour sa barbichette

« Achève » — je t'entends

et je ne sais plus rien que           nous deux sous la lune
moi au bout de tes bras
et toi les pieds sur terre

de la lune à la terre           notre volée de rêves 





Depuis ses 6 ans, Anouch Paréécrit, plus ou moins, mais toujours en douce — parfois compulsivement. Petits cailloux désirant sur une route s'élargissant — brute. Depuis une dizaine d'années, plus précisément pour des voix : en scène (pour laquelle est également metteure en scène et comédienne) et actuellement pour la radio. Écrit en français parce que c'est sa langue natale, ignorant tout de sa langue maternelle — ce qui invite à ronger jusqu'aux racines des mots. Sinon, une enfant déjà grande, un chat toujours roux, des amis et un homme fêté tant bien que mal, dans un monde grand qui rapetisse à mesure qu'il se coupe les ailes et se marie au plomb et au ciment armé. Présente dans le n° 14 de Lichen.

4 commentaires:

  1. Quelqu'un qui aime Richard Brautigan ne peut pas être vraiment méchant! Mais pas de retour vers le passé, n'est-ce pas! Ah! allez, un petit peu quand même.

    RépondreSupprimer
  2. je suis subjugué! un petit bonheur Ces mutations.
    Si je le pouvais je l'apprendrais par coeur pour l'écouter en boucle jusqu'à épuisement.

    RépondreSupprimer