Benedict Liocourt

mercredi 7 octobre

Je sais que tu as le cœur sur la main
Gauche puisque c’est la droite qui tient
Le grand arrosoir.
Chaque jour tu sèmes dans le jardin,
Puis reste encore là, pour veiller au grain
Que toi seul sais voir.
Le cœur sur la main,
Les mains pleines de terre :
Faites qu’un jour prochain
Je sois comme mon père.











Né en 1992, Benedict Liocourt brouillonne depuis 2008 et tombe véritablement dans la poésie quelques années plus tard. Aux dernières nouvelles, il n’aurait pas encore décidé de s’en relever. Toujours en vie.

4 commentaires: