Brice Noval


Coureur cycliste

vers mes 12 ans
pendant les vacances d'été
je suivais à la télévision
en noir et blanc
chaque étape du Tour de France

puis enfourchant
mon vélo rouge
demi-course PEUGEOT
2 plateaux 8 vitesses
je pédalais
comme un dératé
sur les petites routes
autour de la maison

rêvant d'égaler les exploits
de mon idole
Raymond Poulidor
et de finir comme lui
deuxième du Tour

mais partant seul
à l'entraînement
je terminais toujours
premier









Urbain repenti, Brice Noval vit en ermite dans un village bourguignon, et tient un journal en vers irréguliers. Son blog : http://bnoval.hautetfort.com. Ce texte est extrait de Ceci n'est pas de la poésie (recueil en cours inédit). Présent dans les n°s 14, 15 et 16 de Lichen.

10 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci ! J'ai croisé récemment Poulidor dans un salon du livre !

      Supprimer
  2. Moi aussi je faisais cela, sauf que je regardais le tour à la radio.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus marrant, c'était les matches de foot à la radio. Il fallait de l'imagination !

      Supprimer
  3. Délicieuse chute hilarante en première marche du podium !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Poulidor est resté célèbre pour sa place d'éternel second !

      Supprimer
    2. Je le savais et c'est précisément par rapport à cela que je soulignais l'hilarité de la chute

      Supprimer
  4. Entre nostalgie et humour, j'adooore :-)

    RépondreSupprimer