Carine-Laure Desguin


à chercher l’ordre
                                                                       
dans le reflet d’un
reviendra-t-on jamais
de ces ambigus chemins
de quartz de gaz
et d’équinoxe

à chercher l’ordre
de l’autre côté
plus loin
à marée basse

                     reviendra-t-on jamais

serrons l’infortune
contre les remous

revenir se peut-il
d’un entre-deux
mirage tout contre
mirage






Née à Binche en 1963, Carine-Laure Desguin aime sourire aux étoiles et dire bonjour aux gens qu’elle croise. Elle écrit des romans, des nouvelles, des poésies, des textes théâtraux. Son inspiration ? Dans le souffle des vents, sur les trottoirs des villes et dans les instantanés de la vie qu’elle grignote comme ça, au gré de ses fantaisies. Voir son blog : http://carineldesguin.canalblog.com/. Voir aussi Le Tréponème Bleu Pâle (de l’ami Léon Cobra) du 7 mars 2017 : http://leoncobra.canalblog.com/. Présente dans Lichen sans interruption depuis le n° 2.

5 commentaires:

  1. Beau poème qui secoue, qui prend dans ses remous, merci.

    RépondreSupprimer
  2. Revenir se peut-il ? J'aime ce questionnement. Merci de l'exprimer ainsi.

    RépondreSupprimer
  3. +++++... "Serrons l'infortune / contre les remous" : toute une ontologie de la vanité assumée dans ces deux vers qui me bouleversent.

    RépondreSupprimer
  4. Moi c'est toujours comme d'habitude, hein Carine-Laure : je ne comprends pas mais je sens, et vraiment, j'aime ce que je sens. Bravo!

    RépondreSupprimer
  5. L'instant qui vient est toujours nouveau, on ne revient jamais...

    RépondreSupprimer