Cédric Landri

Trois pantouns


Le renard a toujours l'air
De transporter un peu d'or.
J'aperçois sous tes paupières
Un regard et des trésors.


Le castor ne quittera
Son barrage sous le vent.
Main dans la main on saura
Franchir fleuves et tourments.


Le caneton se demande :
Les cygnes sont-ils des dieux ?
Le réel me réprimande :
Écarquille donc les yeux !

















Vivant en Normandie, Cédric Landri expérimente différents genres poétiques : fables, haïkus, tankas, pantouns, poésie libre… Certains de ses textes ont paru dans des anthologies et des revues (notamment Les tas de mots, Traction-Brabant, Paysages Écrits, Ploc¡ la revue du haïku, la Revue du Tanka francophone, Pantouns, Ce Qui Reste…). Publications : La Décision du Renard, fables (Clapàs, 2013) ; Les échanges de libellules, poèmes (La Porte, 2014) ; L’envolée des libellules, poèmes (La Porte, 2014). Une suite de vingt pantouns a valu à Cédric Landri d’obtenir le prix de l’originalité au Concours international du Pantoun francophone en 2015 (http://pantun-sayang-afp.fr/wp-content/uploads/2015/09/Pantouns-15-Septembre-2015.pdf).

2 commentaires:

  1. Ce balancement original, très ouvert à la fantaisie et au recul du sujet, me plaît beaucoup !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup, beaucoup. Il y a aussi, outre la musicalité, une tendresse palpable pour le renard. Et comme je la partage...

    RépondreSupprimer