Cédric Merland

Quelquefois le matin
on s'efforce de
retenir le jour et le silence
encore quelques instants
la cigarette allumée face à la fenêtre
la brume à portée de main

*

il n'y a plus personne sur la place
la gare est déserte
seulement les oiseaux
le murmure des nuages

*

on approche du quai
du bout des lèvres
à l'heure où
l'océan fait trembler la ville
nos voix

*

à nos heures perdues
retrouver
les autres fois
les voyages en train jusqu'au
sommeil

 


Né en 1973, Cédric Merland habite à Chartres et travaille en région parisienne. Il est l'auteur de poèmes (revues Dissonances, 17 secondes, L'Ampoule, Terre à ciel, Microbe ; anthologie Rouges, de la Maison de la poésie de la Drôme), de photographies (revue Rrose Sélavy) et de nouvelles (Projet Borges, dirigé par Jean-Philippe Toussaint). Il fait également partie d'un collectif d'auteurs et d’artistes plasticiens réunis autour d'un dialogue poésie-estampe.

6 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci à vous Bénédicte

      Supprimer
    2. Merci Bénédicte

      Supprimer
  2. merci Cédric : posés devant moi, ces quatre courts poèmes comme quatre petites lampes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Anouch!Très touché par votre commentaire.

      Supprimer