Cédric Merland

Quelquefois le matin
on s'efforce de
retenir le jour et le silence
encore quelques instants
la cigarette allumée face à la fenêtre
la brume à portée de main

*

il n'y a plus personne sur la place
la gare est déserte
seulement les oiseaux
le murmure des nuages

*

on approche du quai
du bout des lèvres
à l'heure où
l'océan fait trembler la ville
nos voix

*

à nos heures perdues
retrouver
les autres fois
les voyages en train jusqu'au
sommeil

 


Né en 1973, Cédric Merland habite à Chartres et travaille en région parisienne. Il est l'auteur de poèmes (revues Dissonances, 17 secondes, L'Ampoule, Terre à ciel, Microbe ; anthologie Rouges, de la Maison de la poésie de la Drôme), de photographies (revue Rrose Sélavy) et de nouvelles (Projet Borges, dirigé par Jean-Philippe Toussaint). Il fait également partie d'un collectif d'auteurs et d’artistes plasticiens réunis autour d'un dialogue poésie-estampe.

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci à vous Bénédicte

      Supprimer
    2. Merci Bénédicte

      Supprimer
  2. merci Cédric : posés devant moi, ces quatre courts poèmes comme quatre petites lampes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Anouch!Très touché par votre commentaire.

      Supprimer
  3. Les mots s'installent, la vie fragmentée et les images sont belles !

    RépondreSupprimer