Choses vues


La seconde édition des Journées d’Avril de Clans (06)


Les Journées d’Avril se déroulent à Clans, dans ce cadre magnifique des Alpes du Sud.

Cette année, Pascal Giovannetti avait choisi pour thème : « L’Or du temps (l’ère des guerres et des révolutions) ». Ainsi qu’il l’écrivait dans la présentation : « 1917-2017 : le siècle de tous les possibles, de tous les progrès, de toutes les horreurs. 1917, l’année où tout bascula : de Marcel Duchamp et son urinoir à Vladimir Ilitch Oulianov, Dada, le Surréalisme, le cabaret Voltaire, la guerre, la révolution… 1917, c'est aussi le premier dessin animé, le premier disque de jazz, le premier film politique de Chaplin ou la naissance de l'art conceptuel. Et, au milieu de tout ce fracas, l’émergence des avant-gardes, la révolution artistique. Un siècle est passé. Il ne s’agit pas de se retourner vers un passé nostalgique mais bien de l’illustrer par la création actuelle des invités. »

Le vendredi soir, la poétesse-comédienne-performeuse-chanteuse Sabine Venaruzzo nous transmettait (en improvisation totale) les textes recueillis par Pascal dans le cadre de l’atelier d’écriture qu’il anime tout au long de l’année à Clans. On la retrouvera le lendemain soir, présentant son parcours de Vintimille à Nice, projet poétique (et militant) lié aux problématiques des exilés coincés à la frontière italo-française, retracé dans le très beau film de Rémy Masseglia : L’humanité avant toute chose.



Étaient également conviés :

* Le jeune écrivain Jérémie Lefebvre (auteur d’un Avril dans la belle collection « Qui vive » de Buchet-Chastel, étonnante fiction révolutionnaire) :


* Patricia Dao, animatrice des éditions Tim Buctu :



* La poétesse Colette Daviles-Estinès, avec ses tout derniers poèmes écrits au cours et au retour de son récent voyage au Vietnam natal :



* Le poète performeur Patrick Quillier (connu aussi comme traducteur — de Pessoa, entre autres) qui présentait, le samedi soir, une partie de sa très prenante épopée sur la Guerre de 14 : « À la mort à la vie : le masque à gaz d’Achille Lhomme et autres témoignages ».



* Le poète-plasticien SCZ (abréviation de Samuël Czaezerios), avec des collages poétiques (« Les ors d’Éros », « Tracts surréalistes » et « Nouveaux tracts surréalistes ») et des objets poétisés : deux « Ce cas nerf » (des scanners-imprimantes éviscérés et transformés en réceptacles à poèmes-collages) ; un livre dépliant de plus de 7 mètres, long « cadavre exquis » solo ; une série de « boîtes, tubes et flacons », etc.


Voir le blog de SCZ : http://sczaezerios.blogspot.fr


Reportage : Élisée Bec.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire