Colette Daviles-Estinès

Et cette nuit ?

Ce silence est-il truqué ?
Pas une seule grappe
de notes rossignoles
Se taisent même les chevêches
Et ce noir ?
Ce noir est-il truqué ?
Véga, Vénus, Aldebaran
sous l’étouffoir des nuages
La nuit a mal à ses oiseaux
La nuit a mal aux étoiles
Alors je lui donne des poèmes à manger
Elle vient happer les mots
qui s’écrivent sous les paupières
Je peux aimer longtemps ainsi
attendre
que le ciel s’averse


Goutte-à-goutte


Je te raconte
la pluie des grains de verre
Je te raconte
le rouge ardeur des roses
Je te raconte
le chamane occitan
Je te raconte
l’ami debout
Je te raconte
le rythme haka des poèmes maoris
Tu entends goutte-à-goutter
les mots en perfusion





Née au Vietnam, grandie en Afrique, Colette Daviles-Estinès a été longtemps paysanne dans l'arrière-pays niçois. Elle puise son inspiration dans un sentiment de perpétuel exil. Nombre de ses textes ont été publiés à La Barbacane, Le Capital des Mots, La Cause littéraire, Un certain regard, Revue 17 secondes, Ce qui reste, Paysages écrits, Le Journal des poètes, Écrit(s) du Nord, Nouveaux délits, Comme en poésie, Verso, La Toile de l'un.... Son recueil de poésie (Allant vers et autres escales) a paru aux éditions de l’Aigrette en 2016. Voir son site : http://voletsouvers.ovh. Présente sans exception dans tous les n°s de Lichen depuis l’origine.

9 commentaires:

  1. et pour faire taire les chevêches,voire les chevêchettes ,il faut soit se lever de bonheur ,soit dormir debout !
    Merci Colette .

    RépondreSupprimer
  2. Le calme poignant de vos deux poèmes me va loin dans le cœur car vous ne forcez, ne montrez, ne recommandez même implicitement rien... Comme sans pouvoir vous en défendre, à la grâce des mots qui vous ont choisie, vous laissez s'écouler de vous une longue, patiente, aimante intimité douloureuse avec êtres et choses. Et cette part de beauté plus que belle ne vous sera pas ôtée, Colette. Je vous remercie de continuer.

    RépondreSupprimer
  3. Mais que j'aime. Ces mots si simples, si limpides, qui portent si loin. ET je vois, oui, je vois très bien. Cette façon que tu as d'avoir mal aux autres, dans ta peau.

    RépondreSupprimer
  4. Nourrir ses nuits de poèmes, les poupées vaudouces sont donc parfois sans effets? Si vous ne connaissez pas, je vous signale IPNOT. C'est une brodeuse japonaise qui pratique le point de nœuds. Elle fait des choses sur trois centimètres, j'ai pensé à vous.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai qu'un mot : Ma-gni-fique !!! +++++++++++++++++++

    RépondreSupprimer
  6. Merci à tous !
    Eric Cuissard, si je vous dis que je suis absolument nulle en couture, le croyez-vous ? (et pourtant ! :-)
    Je suis allée voir ce que fait IPNOT, c'est précieusement beau, merci.

    RépondreSupprimer
  7. Je passerais des heures à vous entendre raconter...

    RépondreSupprimer
  8. Peut être que tu imposes le silence à la nuit
    Peut être que tu chamanises sans le savoir
    Peut être que dompter fait partie de ta nature
    Peut être que l'on a besoin de toi, ainsi.

    RépondreSupprimer