Didier Gambert


Le Secret

À portée de la main
Gouttes d’un sang visqueux
Comme d’un très haut secret
À ne pas révéler

Mais pourquoi ces cris de geai
Furieux
Les ai-je alors poussés

Il ne fallait que se taire et adorer

Comme autrefois dans ce chemin du crépuscule bordé de murs gris
Ce chemin qui conduit à la mer
L’enfant plein de sagesse avait su rester
Muet

Face à la question
Que lui adressait
Le bleu
Apposé sur le mur
Comme un sceau







Né en 1963, Didier Gambert est spécialiste de littérature du XVIIIe (thèse soutenue en 2008, publiée en 2012 chez Champion) et a publié quelques ouvrages dans ce domaine. Il a d’abord pratiqué l’écriture poétique de manière intermittente, puis de façon très régulière ces dernières années. Certains de ses textes ont illustré une exposition de photographies de Bérénice Delvert, intitulée Métaphysique de l’Océan (La Grange aux arts, Champniers, près d’Angoulême). Ce poème est extrait du recueil inédit Le Grand Discord. C’est sa première apparition dans Lichen.

5 commentaires:

  1. La poésie comme envoûtement participable.+++ À une prochaine fois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Guetter, surprendre, et peindre, si cela se peut, de tout petits mystères.

      Supprimer
    3. Un poeme plutot fluide et.... trés beau je trouve. Le critère est simple : plaisir à sa lecture. Plaisir amer ou plaisir doux qu'importe. Ainsi l'ai je trouvé dans ces quelques vers. Peut etre bien que plus je te lis ( et j'ai la chance de pouvoir te lire plus complètement que quiconque aura eu la petite bonne fortune de tomber sur ton texte en cette revue) plus je t'apprécie. Un des plaisirs de la littérature qu'est la focalisation du gout envers un auteur lu puis relu. Comme une bonne musique qui émerge de l'indifféranciation parce que on lui porte plus d'attention. Continue ,meme à devoir trimballer et doutes et deceptions , j'aime la vraie poesir donc forcément la tienne.

      Supprimer
  2. ... Plein de mystères et d'ombres....

    RépondreSupprimer