Dominique Bergougnoux


Le soir venu

Le soir venu
je renoue avec l'enfance
Entre le fugitif et l'éternel

°

Embrasser tous les possibles

Embrasser tous les possibles d'un jour naissant
Ouvrir dans la marge blanche la nacelle des mots
Glisser un baiser bleu
sur la nuque fraîche du ciel
Déposer à la surface de la page
Les runes des oiseaux avant qu'ils ne s'envolent
Enfouir dans le sable émouvant
le trésor d'un amour-pirate
Cueillir la rose des vents à même les paumes nues
Chanter infiniment dans la gorge du monde








Née en banlieue sud de Paris, Dominique Bergougnoux a fait presque tous les métiers : visiteuse médicale, hôtesse de l’air, responsable de communication culturelle, professeur de lettres, documentaliste, orthophoniste.  Mais elle a toujours écrit, de la poésie surtout, et chanté, souvent — du jazz à la bossa. La musique des mots comme dénominateur commun. Elle a, en revanche, très peu publié : À rebrousse-cœur (La pensée universelle, Poètes du temps présent, 1981), et dans Les cahiers du détour/Silence n° 5 (Acerma, 2000), ainsi que quelques poèmes récemment publiés par la revue en ligne Le Capital des Mots. Elle poste des poèmes sur sa page Facebook depuis quelques années et appartient à plusieurs groupes de poésie, dont « Vents de haïkus ». Présente dans les n°s 17 et 18 de Lichen.

4 commentaires:

  1. Je te suis dans le chant, près des oiseaux, de la fleur.

    RépondreSupprimer
  2. jacqueline l'heveder5 janvier 2018 à 16:20

    Que d'images délicates.

    RépondreSupprimer
  3. " Chanter infiniment dans la gorge du monde"... Ca résonne!

    RépondreSupprimer