Élodie Loustau


Le cri dans le cri (1)

           
            Face au mur
                       ma langue crie
                                                        son nom.

            Le mot s'absente
                                   où la douleur
                                   enivre

            souviens-toi, le rouge
                                   au fond des artères
                                   nouées
                       rouge
                                   inséré sous la peau
                                   feu
                                   de ton sang
                       rouge
                                   bouillonnant sous la rage
                                   fluide
                                   de ton silence.

            Face au mur
                       ta langue se tord.

            Comment délier
                                   les glottes
                                   enchaînées

            prends
            sous ta mâchoire
                                   le non dit
                                   acclamé
            prends
            sous ta chevelure
                                   le doute
                                   de ton crâne
            saisis
                                   l'envol
                                   de la démesure.







Les premiers textes d’Élodie Loustau, musicienne de formation, sont publiés dans la revue Verso en 2010. Elle affectionne le travail avec d'autres artistes et crée en ce sens le collectif hapax à Toulouse, avec le compositeur Gaël Tissot. Prochaine publication : S'effacer, aux éditions Encres Vives (août 2017). C’est sa première apparition dans Lichen.

2 commentaires:

  1. L'architecture de votre poème est intéressante ; celui-ci bien construit et souligne en effet l'équilibre périlleux. Le blanc, entre deux mots, vers, permet au lecteur de se poser, recentrer face au texte. Quant à l'essence même de vos vers, de nature cérébrale, intériorisés dans un premier temps, il ne tient qu'au lecteur de s'en imprégner ; et de cette manière, communiquer avec celui-ci. Enfin c'est ce que je ressens...

    RépondreSupprimer