Éric Cuissard


La fenêtre

C'est l'été. C'est au fond du jardin. Il fait bon chaud. C'est la nuit, déjà. 
Un spot rasant verdit la pelouse. 
Elle est assise. Il est à ses pieds, sans doute. 
Ils se caressent et s'embrassent. Et puis parlent. Peu. 
Autant que leur permet l'obligation d'aller se recharger de l'air de l'autre, du contact de l'autre. Indispensable. Vital.
Lui dit : Il fait bon.
Elle dit : Il fait bon comme toi.
Des choses comme ça, qui ne font rien qu'aiguiser la nécessité d'aller encore mêler les corps de plus près.
Les volets de la petite maison d'à côté se ferment.
Elle dit : Le vieux monsieur regarde souvent derrière ses persiennes quand je lis dans la chaise longue.
Caresses, baisers...
Elle dit : Mes seins vont exploser...
Puis, en dégrafant son soutien gorge pour faire jaillir sa joie délivrée : Oh tant pis s'il est derrière sa fenêtre... Bouffe-moi les...
Il prend ce qu'on lui donne. Comme l'enfant. Donner, c'est donner.
Il mord, jeune chien joueur. Un peu foufou, un peu cruel.
Elle râle...
Elle dit : Oooooh! C'est bon...
C'est bon.... qu'il soit derrière sa fenêtre !






Éric Cuissard habite à Reims. Il publie poèmes et récits courts en revue, depuis une quarantaine d'années : Sol'Air (Nantes), Rétroviseur (Lille), Friches (Haute-Vienne), Inédit Nouveau (Belgique) et Phooo (Calcutta). Deux recueils publiés : Sténopé (Sol'Air), Angles des Cris Purs (Books on Demand). Présent sans interruption à partir du n° 4 de Lichen.

8 commentaires:

  1. Un texte qui respire. Très à l'économie, d'autant plus évocateur.
    ... De l'opportunité de la dimension tierce dans le commerce humain...
    Réussi dans le genre ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur comme témoin! Merci Clément.

      Supprimer
  2. Oups j'ai vu la lumière rasante sur la pelouse et me voilà voyeuse :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait Jenesépluky: Il était voyeur mais très regardant!
      Satisfait que mes spots attirent les Colette-papillons.

      Supprimer
  3. Très réussi ! D'un état à l'autre... elle finit par s'envoler... par la fenêtre ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Douleur exquise ...
    C'est beau et c'est ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Expérience personnel, peut-être? Mais dans quel rôle?

      Supprimer