Éric Cuissard

Finlande

Elle descendait du train, pompeusement qualifié de "Transport Express Régional" mais qui n'était sur cette ligne qu'un vieil autorail diésel crachant son épaisse fumée noire.
Elle n'était pas d'ici, il aurait remarqué cette magnifique silhouette. D'ailleurs ses coups d'œil à droite et à gauche, cherchant la sortie ou quelqu'un venu l'attendre confirmait cela.
Il décida qu'elle était Finlandaise et en fut immédiatement amoureux. Il ne fit pourtant pas un geste pour venir à son secours, maintenant qu'un léger voile d'angoisse l'enveloppait, magnifiant sa beauté.
Le chef de gare accouru, lui, délaissant une grosse dame qui se plaignait de la saleté des toilettes dans le T.G.V. 1723 en provenance de Marseille. Il prit les bagages de la belle et le profil con-con du dragueur français genre : "C'est à vous ces beaux yeux-là ?"
Il faisait doux ce matin, le banc commençait à épouser sa carcasse, il referma les yeux.
Elle était là, bien jolie, illuminant son rêve.






Éric Cuissard habite à Reims. Il publie poèmes et récits courts en revue, depuis une quarantaine d'années : Sol'Air (Nantes), Rétroviseur (Lille), Friches (Haute-Vienne), Inédit Nouveau (Belgique) et Phooo (Calcutta). Deux recueils publiés : Sténopé (Sol'Air), Angles des Cris Purs (Books on Demand). Présent sans interruption à partir du n° 4 de Lichen.

11 commentaires:

  1. ...Le danger, c'était l'hyperbole et tu (si tu veux bien qu'on se tutoie) n'y tombes pas. Récit d'autant plus prenant. Pfiou !! Tout découle de ce décidé tracé d'une phrase ferme. Qu'on la retire et on n'a plus qu'un train en gare avec quelques personnages, et on s'en va. Un rêve lumineux, cette lande incertaine entre le si Fin d'un début possible et l'aise de l'accompli : voilà comme je vois au gré songeur des mots la jolie Finlandaise... Si si, je suis sur le quai, près de ce banc mais aussi sous le charme (il doit bien y en avoir un, dis, dans cette gare ?) Merci Éric ;-))

    RépondreSupprimer
  2. Merci Clément! Un charme et un banc, oui, il y a!

    RépondreSupprimer
  3. "le banc commençait à épouser sa carcasse ". Tout est dit. Et cette façon de décider, dans un rêve, c'est une poésie de chaman. Mais oui, les chaman sur un banc, ça existe. la preuve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le charme pour Clément, le rêve de chaman pour vous, je prends. Mais, dans sa besace y'a du bon vin d'Alsace! A vos amours Joëlle!

      Supprimer
  4. J'ai plongé dans ce beau poème comme on plonge dans un rêve. Merci Eric !

    RépondreSupprimer
  5. Le genre de rêve dont on se réveille à contre-cœur ******

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste le temps de boire un rêve!

      Supprimer
  6. En Finlande comme ailleurs, il y a ceux qui prennent le train et ceux, ma foi, qui collectionnent les profils du train-train...les passagers et les rêves...un miroir lyrique...merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les gares y'a des trains sans arrêt!

      Supprimer
  7. Une invitation au voyage nimbée de rêve et d'espoir. Merci!

    RépondreSupprimer
  8. Un voyageur immobile: "C'est dans cette épicerie que je venais m'embarquer pour les premiers voyages vers ces pays de derrière l'air."
    Merci Marjorie.

    RépondreSupprimer