Éric Cuissard

Petite suite de poèmes incertains, façon André du Bouchet 


Pieds nus
Les mots
Chuchotent un avenir


Dansait la nuit
Couverture de femme
Fleurs dispersées...


Pendant que
Les filles
Saisissent par milliers
Les roses....
C'est alors seulement.


Cela n'a pas bougé
Figure
Toi
Envisage que...


Mais quelque chose
Au fond de l'air
Sombre
Dans l'autre passage









Éric Cuissard habite à Reims. Il publie poèmes et récits courts en revue, depuis une quarantaine d'années : Sol'Air (Nantes), Rétroviseur (Lille), Friches (Haute-Vienne), Inédit Nouveau (Belgique) et Phooo (Calcutta). Deux recueils publiés : Sténopé (Sol'Air), Angles des Cris Purs (Books on Demand).

11 commentaires:

  1. Ils tiennent de haïkus météores (mais non t'es pas hors, t'es dedans !) et de bribes (mot noble dans mon usage) hasardées dans nos silences pour le cas où ceux-ci voudraient bien les compléter. Et moi, j'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ERIC CUISSARD1 mai 2017 à 10:01

      Le recueil de Du Bouchet auquel je me réfère s'intitule: Tumulte. C'est le bruit des silences! Merci une nouvelle fois pour votre fine lecture.

      Supprimer
  2. Echo fragmenté qui éclate en silence... Moi aussi, j'aime !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime aussi, ces petits éclairs qui précèdent et disent plus les points de suspension dans l'air.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ERIC CUISSARD1 mai 2017 à 16:35

      Merci Colette. Un petit, rien que pour vous:
      Enfin
      De nouveau
      Rien ne bouge...

      Supprimer
    2. J'adore ! Merci Eric :-)
      Bon, replacé dans l'actualité, il est malheureusement effrayant, s'pas ?

      Supprimer
  4. J'aime infiniment ces petites immobilités, ces milliers de roses comme un envol, cet infime qui bouge, ce rien qui change décidément tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ERIC CUISSARD2 mai 2017 à 07:23

      "L'immobilité ça dérange le siècle. C'est un peu le sourire de la vitesse, et ça sourit pas lerche la vitesse en ces temps."
      Une rose pour vous et un brin de muguet.

      Supprimer
  5. Des fragments d'infini qui résonnent... Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marjorie. Rien que pour vous:
      L'absolu d'un galet
      Sur l'infini d'une plage...

      Supprimer