Ève de Laudec


Deux poèmes issus de Des pas sur la terre     
(recueil en cours d’écriture) 

C’est un petit chemin
Perché entre deux mondes
Juste une sente
Un pas-à-pas
Par-dessus les virages
Regarder au-delà
Le serpentin
Le turbulé
Il y a des détours
Mais pas de raccourci
Avancer
Sans trébucher
Cailloux dans les souliers
Alors marcher pieds nus
Vers un ailleurs
Ailleurs

°

Quand s’agenouillent les glycines
C’est que le vent mauvais
Pose des mots trop lourds
Aux épaules
Hume donc l’opium des bourres de pissenlit
Éteindre le bruit sec
Des pas gallinacés
Et les tours de crécelle

Respire respire
La poétique courbure
Du silence

À t’en souvenir





Née à Paris en 1950, d’une famille d’écrivains et comédiens, Ève de Laudec écrit dès l’enfance. Vit 30 ans en Afrique. De retour en France se consacre à la poésie, à la nouvelle. Parolière. Lectures publiques. Échanges et croisements poétiques avec musiciens, peintres, photographes. Accueillie dans diverses revues, telles Le Capital des mots, Ce Qui Reste, Dossiers d’Aquitaine, Terres de Femmes (Anthologie Poétique), Souffles, FPM. Membre de la Société des poètes français, de l'Union des poètes, de la Société des gens de lettres, et de la SACEM. Un site, « l’emplume et l’écrié » : http://evedelaudec.fr. Présente dans les n°s 6 et 12 de Lichen.

8 commentaires:

  1. Le turbulé et la poétique courbure du silence, je te les aurais bien piqués, mais c'est trop tard.

    RépondreSupprimer
  2. sophie marie Van der pas3 juillet 2017 à 18:16

    moi aussi ce turbulé m'accroche!

    RépondreSupprimer
  3. J'aime tout, à me reconnaître, m'identifier, trébucher...

    RépondreSupprimer
  4. Les possibles utilisations du silence et des pappus ne cesseront de m'étonner. Il doit y avoir un club d'utilisateurs dans les parages.
    Merci pour ces propositions.

    RépondreSupprimer
  5. Les glycines s'agenouillent et le silence se courbe, quelles belles images poétiques. Bravo. Gilles Paquelier

    RépondreSupprimer