Gaëlle Moneuze


Trompée
(Le puritain volage)

Jamais je n’ai aimé
Ni la téquila ni les formariages
Alors ne prenez pas ombrage
Si je vous ai oublié

Abasourdi, vous dites avoir été
Je pense aussi, cruellement volage
Et surtout puritain et très aérophage
Jamais je ne vous ai aimé










Gaëlle Moneuze vit à Paris et à ses heures perdues (il n’y en a malheureusement pas beaucoup), elle écrit. Lauréat d’un concours de nouvelles, un de ses textes a été publié en 2014 dans le recueil collectif Passage à l’Acte (éditions la Passe du Vent). Elle collabore aux revues Scribulations et Rue Saint Ambroise et travaille actuellement une collection de récits qui explorent les aléas de l’identité et les liens filiaux dans un monde brutal. Ce poème est extrait du recueil Dictionnaire Poétique des femmes, inédit. Présente dans les n°s 19 et 20 de Lichen.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire