Hans Limon



Filigrane

à l’embrasure de la fenêtre habituelle mosaïque des collégiens s’ébrouant près des arbres-totems ravisseurs de ballons sondant les vents d’automne au ras des briques rouge-nausée d’où s’ouvre au loin ma vue décillée non sans glisser par l’angle des contorsions nerveuses et te cueillir fraîche et blanche et pure dans les reflets troublés me voyant te voyant t’avisant que ma pensée n’est qu’à toi noyée dans la masse moutonnante et frénétique des trente-cinq têtes studieuses au milieu des sillons de carrelage guettant mes flux influx reflux t’imprégnant de moites promesses de fuite étalées sous mes souliers de chair meurtrie berçant les nuances de ces déceptions que tu pourtant devines sans pour autant connaître et m’offrant l’art d’une double vie dans mon corps dans tes yeux qui de la mort se jouent pour que survivent ces lueurs de moi bien au-delà du rayonnement primaire et prouvent que si vit le Divin nulle autre messe que toi qui bénis ce carré de grand air comme Christ envisagé de Turin le long suaire


Toile

sous pareille lune élimée ce campement muet ressemble aux drus sigils des fronts cabalistiques et luisant coule de faune en flore émue ses vagissements fauves ses ronflements d’alcôve embuée d’où s’éparpille crescendo le son du luth constellé de mes paumes sur ton dos ma nymphe des blondes eaux plus fine et vierge que ce temple isocèle planté sur le bord des marais si frêle si lisse et lumineux qu’alarmés les astres au surplus désaxés croient voir grimper jusqu’aux bleus cieux le triangle harmonieux des élus bienheureux si tiède si vif et submergeant que les Titans navrés du plus profond des gorges maudissent de leurs poings secs les feux de cette forge et cependant graciles se fondent nos visages aux replis des idylles puisqu’Orphée mélancolique nous somme de couver toutes cavités sans détourner les cils






Né en 1985, Hans Limon est dramaturge et poète, professeur de philosophie et de théâtre. Il est l'auteur de plusieurs pièces, dont Frères inhumains (préfacée par François Koltès), ainsi que d'un recueil de poésie qui sortira en septembre 2017, Et dans l'éclat brisé d'un filant météore. Son style est à la fois violent et lyrique, et ses thématiques s'emparent souvent de l'actualité afin d'y sonder la condition humaine, dans ce qu'elle a de plus sordide et sublime. Il publie dans des revues (notamment Nouveaux Délits). C’est sa première apparition dans Lichen.

1 commentaire:

  1. Que se trame t'il en filigrane sur la toile du monde? Un tissu de mensonges, peut-être bien!
    La bienvenue, ici on croise les fibres torsadées de l'étoffe universel!

    RépondreSupprimer