Hélène Miguet


Vibrations

Entrer nue dans la forêt des désirs affûtés
L’oreille tendue comme le souffle
Suspendus
L’un et l’autre à deux doigts au-dessus de la mousse.
Respirer en soi la bête souple aux flancs saccadés
Anxieuse et subtile
Sauvage derrière la peau et les lèvres.
C’est en frôlant plus bas que la fourrure
Vers le repli
Ancestral de timidité et d’audace
Que le sang
vibre









Hélène Miguet vit actuellement à Lyon, à la confluence du Rhône et de la Saône. Ces fleuves charrient des voix qui viennent frapper aux lèvres closes. Elle s’en inspire et invoque la poésie pour faire taire le silence. Enseignant le français et la littérature, elle essaie de faire vivre la poésie à l’école coûte que coûte ! Certains de ses poèmes sont publiés dans les revues Encres vives, Décharge et FPM.

2 commentaires:

  1. L'érotisme féminin en poésie est toujours fulgurant, sauvage et magique.
    Connaissez vous Françoise Urban-Menninger?

    RépondreSupprimer
  2. très belle évocation de la sensualité et du désir. La poésie n'exprime pas seulement elle éveille aussi ce qu'elle dit.

    RépondreSupprimer