Hoda Hili


Nasses (suite)


XXXI.
Même les vautours ont une parade nuptiale
Ils volent en tandem
Les quatre ailes aimant


XXXII.
Je hais les projections mais tu l’ignores 
Tu es mes contradictions


XXXIII.
Un jour, tu seras l’enfant ou le parent que je n’aurai pas
Et tu me consoleras de ma liberté


XXXIV.
Comme c’est heureux, sourire sans raison.


XXXV.
La vie est une incurable volupté que le vrai dessert
Vivant ou savant : Choisis ! Les deux à la fois sont rare-
ment soutenables






Hoda Hili est philosophe de formation. L'indicible tu par le concept, porté par l'autre langue qu'est la poésie, comme dit Yves Bonnefoy, est son medium de prédilection. De Rodenbach à Vence est son premier recueil poétique publié (Éditions de l’Eau douce, septembre 2016). Présente dans les n°s  4, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 14 et 15 de Lichen.

1 commentaire:

  1. Je reste fidèle à vos nasses, pensées imagées suspendues aux questionnements qui m'habitent.

    RépondreSupprimer