Jean Lucq

Sourcils arrachés

L'oiseau de ton cœur est mort, et le jour s'est éteint en grillant ses ampoules, pourtant le merveilleux
parlait à ton être depuis toujours.
Ton sourire, âge d'or de ton miroir, s'est perdu en toi.
Brisant la vitre de tes sanglots, le bonheur libéré, le miroir est le bassin de verre dans lequel tu laves
les larmes noires de tes soupirs.


La broche voluptueuse des filles-fleurs

C'est au soleil du pré de cristal
qu'est l'extase en cet été, que des seins
de chair versée comblent la beauté.
Douillets miroirs marbrés
quand l'aube naissante ouvre ses prunelles,
ils servent le sang de leur jeunesse
dans des plats de chair mauve,
lorsqu'au nez du scientifique ignorant
la foudre malicieuse aux boucles d'or,
tombant du ciel en grondant de jalousie,
soulève la robe des jouvencelles
enrubannées de sourcils et de cheveux blonds,
découvrant ainsi l'éclat doré
de leur broche voluptueuse...
clarté vitale de leur bas-ventre,
couleur du champagne...
ce suprême raffinement des peuples,
de ceux qui boivent l'or.




Jean Lucq est un poète lyonnais, dont certains textes ont été publiés dans les revues Capital des Mots, Art'en-Ciel et Le Moulin de Poésie. Son blog : http://lapoesiedejeanluque.vefblog.net/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire