Joëlle Pétillot



Frontalier


Un jour, un lieu, un instant. Soudain au cœur du bruit des crevées de silence. Un relief nouveau sous les pas et dans l'air une résonance qui ne doit rien aux oiseaux, rien à la terre, rien aux hommes. 

Une ligne là-bas qui n'est pas l'horizon mais peut-être le débute. Il y a du feu au coeur d'elle, je me veux foudroyée.
C'est nu, sa trace tient d'une absence.

Seule compte la certitude que cela doit être franchi.







Née en 1956, au sein d’une famille à forte dominante artistique, Joëlle Pétillot a toujours écrit. Outre sa poésie (publiée dans de nombreuses revues), elle est aussi l’auteur de deux romans (La belle ogresse ; La reine Monstre) et d’un recueil de nouvelles (Le hasard des rencontres), parus aux éditions Chemins de tr@verse.
Son blog : http://www.joelle-petillot-la-nuit-en-couleurs.com/. Présente dans les n°s 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10, 11, 12, 13 et 14 de Lichen.

14 commentaires:

  1. Magnifique ! (pff désolée pour la pauvreté du commentaire... Il n'en est pas moins sincère)

    RépondreSupprimer
  2. Puis-je venir aussi vers le début de l'horizon ?
    j’aime trouver résonnance chez l'autre !
    Merci !

    RépondreSupprimer
  3. J'y lis j'y vois de tous mes yeux /oreilles le "sur-le-point" d'un ravissement. Vos mots me font sentir fort fort ce qui se joue. Densification du présent face à l'appel ardent d'une ligne à passer... Il ne faut pas, Voulante, que ce feu vous foudroie mais, Frontalière, qu'il vous illumine (en brûlant au passage ce clac-clac, gros sabots de mes bribes ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Vous trois, là-haut : être commentée par vous c'est un privilège. Merci.

    RépondreSupprimer
  5. à la frontière des mots ... la ligne est ubique et persévère par contagion de sens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous. Et que ce joli mot "ubique" figure dans un commentaire est la première fois que cela m'arrive... Merci !

      Supprimer
  6. Quelle densité ! Il y a toujours dans vos poèmes, quelque chose qui résonne. J'aime tellement !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bénédicte. Désolée de vous répondre si tardivement. j'apprécie vos lectures et votre fidélité.

      Supprimer
  7. Première leçon de géographie au C.P.: La ligne d'horizon est le lieu où le ciel semble rejoindre la terre.( Ecriture en gras entourée de rouge,en bas de page, à savoir par cœur)
    Chez vous Terre et Ciel prennent majuscules.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand un commentaire est presqu'un poème... Merci Eric;

      Supprimer
  8. Superbe texte qui en dit long sur les transitions que l'on traverse ici avec une légèreté d'âme.

    RépondreSupprimer
  9. Toutes ces beautés incertaines, ces jours et lieux probables, ces lignes mouvantes, ces espoirs peut-être ......
    Que l'écriture transforme en certitude le tragique, je ne sais pas, mais de ses étincelles elle fait du futur un possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le futur est bien meilleur quand il est possible.

      Supprimer