Laure Escudier


le sentier vibration est porteur d'un adieu

cette peau tendue, fripée d'un sol de terre, ocre, auréolée, les
craquements des pieds sur les feuilles sèches

écorchées

la solitude majestueuse aux forêts disséquées, ce mot tranquille emporté
sur la main, gouttelette avenante

en soupirant, je vagabonde et mes écaillent implosent, sur le sol délivré,
je suis épargnée

silence


entérinée


le voyage se ferme, les cils baillent et le cœur plonge

en ce lieu discret les couleurs plantent leurs griffes au fond d'un rien

en allant vers le couchant les troncs s'affaissent et les mains noires du
mont penché s'étirent oublieuses

je vois le ciel touchant les glèbes et les torrents fuir à grande épopée








Laure Escudier pratique la poésie, le dessin et la musique (composition et violon) depuis la petite enfance et s'attache à relier ces trois disciplines au sein de projets variés (concerts de création, mise en musique de ses textes, publications de poésies et de dessins, expositions, lectures poétiques, graphiques et musicales...). Ses textes ont été publiés ente autres aux éditions du nain qui tousse, dans les revues L'Intranquille (éditions de l'Atelier de l'Agneau),  17 secondes, Traversées, Méninge,  Incertain regard, Souffles... Son site : http://www.laureescudier.com. Présente dans les n°s 11 et 14 de Lichen.

1 commentaire:

  1. Le rapport à la nature est une chose essentielle ; et se doit d'être vrai, authentique : car enfin c'est notre véritable maison. Je suis sensible à cela. C'est en ces lieux originels que mes sens se sont développés. Voilà ce qui remonte, du fond de moi, en vous lisant.

    RépondreSupprimer