Laure Escudier

le cri du regard

lui — un mot sans odeur, un arc en vapeur, un regard
il s'avance et le monde soupèse
un éclat de murmure

elle ne voit rien que ce noir qui grandit
et la peur envahit le symbole enfoui
dans son sein de terreur

solitude
qui se balance entre les épaules des astres

de ses yeux fermés, jaillit l'ultime son
le voyage déconstruit qui envahit l'univers affranchi
et les lunes de vie sur les pages d'une histoire
papier de riz et cris de pupilles

*

elle se cache

il ne cherche plus. l'ombre est dans l'espace.


Masque 2 (dessin de Laure Escudier)

Laure Escudier pratique la poésie, le dessin et la musique (composition et violon) depuis la petite enfance et s'attache à relier ces trois disciplines au sein de projets variés (concerts de création, mise en musique de ses textes, publications de poésies et de dessins, expositions, lectures poétiques, graphiques et musicales...). Ses textes ont été publiés ente autres aux éditions du nain qui tousse, dans les revues L'Intranquille (éditions de l'Atelier de l'Agneau),  17 secondes, Traversées, Méninge,  Incertain regard, Souffles... Son site : http://www.laureescudier.com.

2 commentaires:

  1. ... D'autant plus impressionnant qu'en partie énigmatique. Oui la peur qui "envahit le symbole enfoui", c'est l'effroi inversement proportionnel à la mince visibilité de son terrible objet. Votre texte est très immersif,infiniment plus efficace que tout slogan pour la cause qu'il défend exemplairement.

    RépondreSupprimer
  2. Pardon, ne pas oublier votre dessin en masque d'un visage. Un vis-à-vis paroles-traits offert à l'empathique partage.

    RépondreSupprimer