Le don de mots 4

Nous sommes en net progrès : ving-et-un (21) « dons de mots » reçus cette fois. Voici donc ce que j’ai pu vous cuisiner avec ceux-ci (mots donnés en vert, ajoutés en gris) :


Fesser
la transformation
passionnément
pour infléchir
le cheminement
pulmonaire
du lilas

c’est comme
ribouldinguer
l’outrage
dans l’anadiplose
du verger

ou écouter roucouler
avec zadigacité
le clitocybe métallique
parmi les oiseaux
nébuleux

ou dérouler des myriades de peignoirs
d’andrinople,
de soie
et de satin duchesse
dans l’éphémère Arkhangelsk






Pour vos futurs dons de mots, merci d'utiliser l'adresse mail de la revue (lichenrevue@gmail.com) plutôt que les commentaires.





« Mécanicien lexical », « bidouilleur sémantique » (selon ses propres termes), Guillemet de Parantez (secrétaire de rédaction de la revue Lichen, mais aussi trésorier de mots, balayeur, bref factotum) est tombé dans un pot d’Ouli quand il était petit. Visiblement, il ne s’en est pas remis…

3 commentaires:

  1. Ça commence bien, j'ouvre Lichen 04 et je me précipite vers la pépite de Guillemet de Parantez. Une pépite? Une mine d'or! Je suis justement assoifée de surréalisme pour le moment. Bien!

    RépondreSupprimer
  2. (Clin de link) Tresse sans stress, ces divers mots sommés en dérive éphémère à l’effet mère de vert dit !
    Admirativement

    RépondreSupprimer
  3. L'amer de Verdi palit la traviata et la cannelle au nid !

    RépondreSupprimer