Le Golvan



Encore d’autres extraits inédits de Jours


C'est si important de le savoir ! Qu'on a été longtemps regardée endormie, dans la pénombre, approchée et reprise mille fois en mots absents. J'ai cherché à te dire en souvenir d'Albertine dans La Prisonnière, dont tu écoutes avec moi la lecture certains soirs avant de ronfler. Alors, je témoigne ici pour tous les matins de ta vie : tu dormais pleine face et quelqu'un, une fois au moins, t'as regardée longtemps.

*

Je te fais vider ton bureau sans merci, pour n'y laisser qu'un sous-main, un pot à crayons, deux lampes sages et le vide tout prêt à promettre ce que je t'ai déjà fait mettre par terre.

*

Abrégeant l'ordinaire royal de ton réveil, je dépose sur mon baiser frais ton petit chien de tissu rouge, aussi vieux que nous, moins dans l'espoir qu'il me remplace en douceur que plutôt, à l'image de ces pains maison que nous ratons, il fasse gonfler contre l'impatience du jour le pâton de notre amour.

*

Un accident de voiture ensemble... nous regarder vite, vivants de tous nos yeux, toi impeccable sur ton trône arrière, moi le crâne projeté contre tous les jours risqués dans cet instant à oser tourner la tête vers toi et la seule question au monde.
Ma bosse et ses douleurs gonflent sous notre meilleure levure. Parfois la recette prend.

*

Nos baisers prapent et tes chansons sont intégrales. C'est tout.







à Gien (Loiret) en 1971, Nicolas Le Golvan y enseigne le français. Ses travaux d'écriture touchent de nombreux domaines littéraires : il a publié trois romans, deux recueils de nouvelles, une pièce de théâtre, un recueil de poésie). Il participe également à plusieurs revues de création littéraire, dont Décharge, Dissonances, Squeeze, Inédit nouveau, Le cahier du Baratin, L’Ampoule, La Revue des ressources, Moebius, Incandescentes... Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Le_Golvan. Présent dans les n°s  7, 10, 11, 12, 13 et 14 de Lichen.

2 commentaires: