Leafar Izen

Comme une larme morte

Ce cil sur ta joue gauche
Qu'un jour j'emporterai
Lorsque je reviendrai
Comme une larme morte
Comme un vœu exaucé


Fermez les guillemets

Quelques mots glacés
Pour refermer la trappe
Pour congédier le vent
Quelques mots empressés
Et que rien ne rattrape
Fermez les guillemets


Il n'est plus rien

Il n'est plus de je dois
Il n'est plus de il faut
Il n'est plus rien

Ni de vrai ni de faux








Parisien mathématicien, Leafar Izen s’est reconverti successivement en aubergiste patagon, en jardinier, poète et (méta)physicien cévenol... Ces trois poèmes sont extraits de La forme et le temps, un recueil qui vient de paraître, chez l’auteur. Il est disponible en ligne au format PDF : http://www.leafar-izen.com/fr/contespoesies/laformeetletemps.html, mais il en existe aussi des exemplaires numérotés sur papier, qu’on peut commander via : leafar.izen@gmail.com. 

4 commentaires:

  1. Inventif et touchant... J'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup ces points de vue.

    RépondreSupprimer
  3. Ce cil-larme et beaucoup du reste, heureuse concision !

    RépondreSupprimer
  4. Ce sont des instantanés,, je suis tentée de dire "des saisissements". Pensées brèves, tristesse traversière, très imagée.

    RépondreSupprimer