Marc Meyer


Rémore

Sismographes
Et balivernes
Fondent le sens
Et la gouverne
Humidifient
Le port des reines
Embuent
L'imbrication de la phalène
Sanguinolent
Andros, Carolin
La citerne pleine
Le bon roman
De la bedaine
Imposent un taon
Comme une alène
Et peinent tant
Que l'âme pleine
Finie autant
Que baille l'aine
Que le créant
Vomi de peine
Sale le rang
À perdre haleine
Et baille lent
Comme une laine







Marc Meyer me précise que le texte ci-dessus « date peu ou prou d'une antique époque, dix ans, presque une vie, mais qui sont à deux pas de cela, cela quoi ? Cela ça. J'ai pu constater que tous avaient leurs bio bien comprise, cela m'est une tannée, et je ne saurais qu'en dire, je reste là sans voie. » Présent dans le n° 14 de Lichen.

2 commentaires:

  1. "cela m'est une tannée "affirme notre ami G de P!
    Mais à Sète le pécheur amer, médit raie tannée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas moi qui dis ça, c'est Marc lui-même... Je ne fais que le citer (ouvrez les guillemets).
      G. de P.

      Supprimer