Marine Dussarrat


Un bruit de vie

Qui se souviendra de cette lune opaque
De cette nuit qui criait son vertige
Qui reverra ce matin délavé
Et le brouillard déchiquetant la plaine
Le chardon dans sa gangue de rosée
Attendant ce rayon pâle
Annonciateur d'un jour attendu
Dans sa glorieuse lumière
Quand l'heure solitaire est sur le point de taire
Ses doutes, ses interrogations, ses craintes...

Un bruit de vie résonne au loin
Tout s'efface
Oublions cette peine qui sans cesse revient
Comme l'eau du canal
Frappe la meule de pierre
Comme un cœur qui sourdement bat,
Comme la feuille, comme l'arbre
Qui résistent
Un bruit de vie résonne au loin
Qu'importent les nuages passagers
Qui s'étirent dans le ciel
Dessinant mille visages...

Un bruit de vie résonne au loin







Marine Dussarrat écrit de la poésie depuis toujours. Vivant en Béarn près de la nature avec un chat et des chevaux, elle a publié plusieurs recueils : La Part de l'oiseau (Le Typograph, 1995), La Nuit-Guépard (Les portes ferrées, 1999), La Fenêtre du temps (TheBookEditions, 2011), À la marge, recueil de haïkus (Édilivre, 2015). Son blog : http://emprises-de-brises.over-blog.com. Présente dans les n°s 10, 11, 12, 13, 14 et 15 de Lichen.

6 commentaires:

  1. Un je ne sais quoi de schubertien dans votre poème -merci de le prendre comme un sincère éloge : cette prise à bras le corps de la mélancolie et, comme fragiles mais "qui résistent", ces ondes de foi en la vie.
    Oh merci

    RépondreSupprimer
  2. Merci merci pour ce très beau commentaire, je suis touchée, les mots viennent et on en fait ce que l'on peut mais si ils atteignent une cible c'est une chance !

    RépondreSupprimer
  3. Dès la première lecture le ton et la musique se posent entre appel et résignation.
    Et cette opposition du diaphane et du répétitif.
    Un plaisir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eric, mille fois, très bonne journée

      Supprimer