Marine Dussarrat

Le clapotis de la vague

Contempler l'écume caressant la grève
Poser ses pas sur l'évanescente vaguelette
Écouter sa barcarolle, admirer son frisotis
Humer les parfums marins
Porter son regard vers l'horizon
Suivre le vol puissant des goélands
Longuement imprimer cette image
Se perdre dans l'immensité océanique
Sous un ciel de vitrail et d'agate
Ombré de nuages indolents
Sans mémoire, sans mélancolie...


Juste pour rien

Dans l'ocre du désert et ses sables tourmentés
Le bleu le gris le mauve d'un ciel toujours fuyant
Les nuages qui font et défont d'étranges figures
J'aime à voir se dessiner la fin du jour

Lentement se diluer
Un poisson, un ourson,
Au-dessus des rivières sauvages
Au-dessus des arbres de cobalt

S'épanouir la beauté des espaces inviolés
Incroyablement rares, 
Juste à l'occasion
D'un rêve éveillé
Et si même rien ne nous sourit
Juste pour un instant d'éternité
Juste pour le bonheur
Juste pour le bonheur....




Marine Dussarrat écrit de la poésie depuis toujours. Vivant en Béarn près de la nature avec un chat et des chevaux, elle a publié plusieurs recueils : La Part de l'oiseau (Le Typograph, 1995), La Nuit-Guépard (Les portes ferrées, 1999), La Fenêtre du temps (TheBookEditions, 2011), À la marge, recueil de haïkus (Édilivre, 2015). Son blog : http://emprises-de-brises.over-blog.com.

4 commentaires:

  1. Quelque chose d'aussi attachant et de plus secret, peut-être lié au rythme plus qu'aux mots, comme se murmurant sous la claire lisibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime la musicalité alors je le prends pour un très beau compliment, merci Clément

      Supprimer
  2. en vous lisant, une impression de bien-être et de quiétude

    RépondreSupprimer