Marjorie Tixier


D'aucun pays



Je ne suis
D'aucun pays
Que mon corps
Brisé
Recollé
Mon corps fracassé
Réparé
Mon corps envahi
Reconstruit

Je ne suis
D'aucune racine
Que mon silence
Mon silence imposé
Silence tyrannique
Aux yeux toujours absents

Je ne suis d'aucun bord
D'aucun refus
D'aucun accord

Je ne suis
Qu'une encre
Qui s'imbibe
Sur les pages
De mes horizons libres
La parole pour héritage
Et les souvenirs
Pour ancrage
Quand mes exils
Restent des langues tirées
Au mensonge assassiné






Marjorie Tixier vit en Savoie où elle aime s'inspirer de la beauté des paysages pour écrire. Son recueil de poésies Île des offrandes (un lieu : Bali) a été publié par les éditions Encres vives en juin 2017. Après Emmène-moi à Valparaíso, elle vient de publier La Danse du feu, son tout premier roman, disponible sur Amazon. Présente dans les n°s 10, 11, 12, 13, 14 et 15 de Lichen.

5 commentaires:

  1. "Je suis d'un autre pays que le votre...Je m'invente aujourd'hui des chemins de traverse...Je ne suis plus de chez vous...J'attends des mutants..."
    Ferrè, la solitude.

    RépondreSupprimer
  2. C'est beau !!! Ni pays, ni racine... juste de l'encre.
    Merci pour ce poème !

    RépondreSupprimer
  3. Saisissant "Je ne suis/ d'aucun pays /que mon corps/brisé"
    Rythme haletant qui s'accorde à votre être d'encre!

    RépondreSupprimer
  4. Un nuage pied de nez!
    Belle façon de laisser de côté l'identité pour vivre un peu. ;)

    RépondreSupprimer