Michel Diaz

Un poème sans titre 
extrait de la suite Dans l'inaccessible présence
(à paraître au cours du dernier trimestre 2017)


Le silence à la nuit
éloigne les nuées

Assomption pourtant sans ferveur
qui rejette la terre
à son opacité

L'esprit
qui veille sous la lampe
cherche vers quel néant
restera un peu de lumière

Sa vêture
et son poids de chair
désespèrent les ailes de l'ange
que la rêverie d'abord
lui donnait

Nous reste malgré l'ombre
qui descend sur les tuiles des toits
ce ciel d'étoiles sombres

comme l'espérance
qu'après la nuit viendra un autre jour
et que quelque soleil pourra
en se levant

aiguiser
de nouveau pour nous
les couteaux de l'aurore






Michel Diaz a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages (textes dramatiques, poétiques, nouvelles) chez différents éditeurs (P.-J. Oswald, J.-M. Place, Jacques Hesse, L’Amourier, L’Harmattan, Christian Pirot, N & B, L’Ours blanc, Cénomane, Musimot…). Outre des livres d’art en compagnonnage avec des artistes, peintres ou photographes, il a travaillé également sur de nombreux livres d’artistes à tirage limité. Collaborant à des revues (Chemins de traverse, L’Iresuthe, CRV, Poésie/Première, Écrit(s) du Nord, La Voix du basilic, Encres vives…), il est directeur de la collection « Nouvelles » pour les éditions de L’Ours blanc. Présent dans les n°s  5, 6, 7, 8, 12, 13 et 14 de Lichen.

1 commentaire:

  1. Votre parole résonne profond, parole de veille contemplative tourmentée mais non désespérante. Et j'aime retourner à ses harmoniques. Merci

    RépondreSupprimer