Michel Diaz

Un poème sans titre
(inédit, extrait de la suite Dans l'inaccessible présence)

Nuit trop lucide
La vie bat
sous l'écorce des heures

Elle bat
simple   à fleur de temps
et s'use lentement
s'éloigne à pas de neige

La mémoire
est une chemise froissée
longtemps portée
et qui encore le sera
jusqu'à la déchirure

Mais voilà la nuit
qui s'écarte un peu
pour nous laisser passer
nous laisser retrouver
la première étoile du jour
et le chemin de l'aube

Quand la rumeur
du monde nous rejoint
nous regardons monter
la flamme du soleil

et nous étonnons d'être encore






Michel Diaz a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages (textes dramatiques, poétiques, nouvelles) chez différents éditeurs (P.-J. Oswald, J.-M. Place, Jacques Hesse, L’Amourier, L’Harmattan, Christian Pirot, N & B, L’Ours blanc, Cénomane, Musimot…). Outre des livres d’art en compagnonnage avec des artistes, peintres ou photographes, il a travaillé également sur de nombreux livres d’artistes à tirage limité. Collaborant à des revues (Chemins de traverse, L’Iresuthe, CRV, Poésie/Première, Écrit(s) du Nord, La Voix du basilic, Encres vives…), il est directeur de la collection « Nouvelles » pour les éditions de L’Ours blanc.

4 commentaires:

  1. sophie marie Van der pas1 avril 2017 à 12:53

    j'aime la limpidité de l'image, surtout son évidence , elle attire...

    RépondreSupprimer
  2. Ce dépouillement jusqu'à l'épure ? La profondeur même. Longtemps je me tais.

    RépondreSupprimer