Paul Polaire


Zone piétonne

Aux terrasses de tous les cafés
du monde,
commencent toutes les histoires du monde
« il était une fois »
« il sera toujours ». 
La cambrure du pied d'une femme, fuyant un dessous de table
cou de pied au plexus !
à terrasser le cœur d'un bœuf !!!
cou de pied à l'œil
comme infarctus,
tandis que Je piétine en zone piétonne !

Alors le monde rit et ordonne au ciel
de rire aussi.
Il dit :
« Bonjour Madame
dites-moi votre appétit du soir qui s'en vient,
dites-moi la joute lutine que livre la brise légère à vos petits cheveux du cou...
Alors ! »
Je ris aussi et je dis :
« Parlez-moi de votre voûte plantaire
à l'heure du goûter
quand pleurent les jasmins !
marchez pour moi un peu,
et,
du compas de vos jambes,
tracez mes trajectoires ;
soyez ma géographe experte
tandis qu'entre carte et territoire je divague en zone déserte.
Pour votre malléole ou votre astragale,
refusant toute prothèse
à mes fringales,
devrai-je rédiger un nouveau
précis d'anatomie,
afin que votre zone piétonne —
voyez à quoi j'en suis réduit —
ne soit plus que par moi piétinée ?
Sachez enfin Madame
qu'entre guerre et paix,
je n'en demeure pas moins digne
de votre cou de pied
et ne revendique, pour toute servitude,
que le triangle de vos Bermudes ».






« Que dire de soi-même sans tomber dans la complaisance ? », écrit Paul Polaire. Cet ancien cancre (ce dont il se dit « presque fier ») qui a été successivement palefrenier dans les écuries d'Augias, dresseur de poulpes dans un cirque, fille de salle dans une cage aux folles et, présentement, gonfleur en chef dans une usine à gaz — sans omettre une brève période d’intérim au cours de laquelle il fut derviche tourneur fraiseur chez Renault. « Je n'ai pas eu une vie facile », ajoute-t-il humblement. Présent dans les n°s 9, 10, 11 et 16 de Lichen.

6 commentaires:

  1. Si vous ne l'avez pas je vous donne le C.A.P. de pédicure-podologue, que dis-je, la Maitrise, le Doctorat. Mais peut-être la carte de Podomancien spécialiste de l'avenir érotico-sentimental, vous conviendrait-elle mieux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Podomancien. La classe! Les dames vont adorer...

      Supprimer
  2. Délicieuse variation méditative et galante, amoureuse même, et subtilement, de Celle qui toujours nous inspire ! Vous allez loin par l'apparent menu, secret de ce poème charmant de bout en bout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez si bien en quelques mots extraire la quintessence de la chose.Vos commentaires me sont précieux.A vous lire,je redécouvre mon texte.Merci.

      Supprimer
  3. Quel pied, ce poème !!! J'adooore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savez vous chère amie que je suis podomancien. Du Lundi au Vendredi sur rdv.

      Supprimer