Samantha Barendson

Écrire (extraits)

Écrire c'est attendre. Écrire c'est attendre que ça vienne. Écrire c'est dépendre de quand ça viendra. Écrire c'est se dire que ça ne viendra plus. Écrire c'est se demander si ça reviendra un jour. Écrire c'est regarder la page blanche.

Écrire c'est fermer l'ordinateur et retourner devant la télé. Écrire c'est regarder la page blanche. Écrire c'est fermer l'ordinateur et prendre un truc à manger dans le réfrigérateur. Écrire c'est regarder la page blanche.

Écrire c'est tourner en cage et aller lire pour oublier. Écrire c'est attendre. Écrire c'est douter. Écrire c'est penser que les prochaines lignes ne seront jamais aussi bonnes que les dernières. Écrire c'est douter. Écrire c'est hésiter. Écrire c'est attendre.

Écrire c'est la main qui s'agite enfin. Écrire c'est les doigts qui galopent enfin. Écrire c'est les mots qui s'alignent, les phrases qui s'allongent, la feuille qui devient noire. Écrire c'est les caractères des mots comme des notes de musique sur une partition.  

Écrire c'est de la musique, un rythme, une cadence, un mouvement, une mesure. Écrire c'est des chevaux qui galopent dans le crâne, leurs sabots qui tapent sous le bureau, leurs queues qui fouettent les idées.

Écrire c'est l'adrénaline qui monte, le pouls qui s'accélère, la respiration en attente, une apnée.

Écrire c'est dire aux autres de vous foutre la paix, de se débrouiller pour le dîner, de commander une pizza. Écrire c'est maintenant ou jamais sinon ça passera et il faudra de nouveau attendre, de nouveau douter.

Écrire c'est un éclair, une brèche, une baffe. Écrire c'est une transe, une extase, un délire alcaloïde. Écrire c'est lire et se demander d'où viennent ces mots, de quel arrière-pays de la raison, de quel étage, de quel sous-sol. Écrire c'est s'étonner.

Écrire c'est reprendre le texte et ses esprits, reprendre la cadence, reprendre le galop, tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum. Écrire c'est un train qui passe. Écrire c'est être à bord de ce train et regarder par la fenêtre.






Née en 1976 en Espagne, de père italien et de mère argentine, Samantha Barendson vit aujourd'hui à Lyon. Romancière et poète, elle aime déclamer sur scène, un peu frustrée de n’être pas une chanteuse de tango. Pour entendre une version orale de ce texte : https://soundcloud.com/samantha-barendson/ecrire

7 commentaires:

  1. "se demander d'où viennent ces mots, de quel arrière-pays de la raison". Continuez, j'aime bien être à bord de votre train et regarder par votre fenêtre.

    RépondreSupprimer
  2. Sans vouloir abuser de votre biographie, j'aime beaucoup comme il va tangueando, votre texte très nature et très souple-vif, avec ses changements d'angle dont plusieurs m'on fait danser dans mes yeux dans ma tête !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, écrire, c'est bien plus qu'un peu d'encre déposée sur une feuille.
    Votre poésie me touche... Merci.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à vous pour ces commentaires qui me touchent...

    RépondreSupprimer
  5. Texte intense et vivant, à la fois douleur et libération, toujours en mouvement. Bravo!

    RépondreSupprimer
  6. Oui, écrire c'est oser l'intime poésie, le jeu des mots et l'évasion de l'esprit.
    joli texte, je ressens la passion.

    RépondreSupprimer