Valère Kaletka

Humeur

Les cariotides sont cuites
Sifflote un serial égorgeur
En essuyant la lame
D’un long et fin surin
Dans la nappe hôtelière
Du chic établissement
Chirovégétarien

À ses pieds l’égorgé
Est d’une humeur grêle


Bouquet (du lendemain)

Marché du jour

Nous émeut sur létal
Un bouquet de grondins
Désoxygénés


Les chastes érythèmes

Les chastes érythèmes
sur tes joues quand
la gêne te prend
au cou et t’incline
à rire



Né en 1968, Valère Kaletka vit à Strasbourg. Parolier, compositeur, interprète et instrumentiste, il a été publié dans les revues Décharge, Poésie Première, Comme en poésie, Florilège et Catarrhe. En 2017 sont annoncées ses contributions aux revues Les Hommes Sans Epaules, Diérèse, Traversées, Nouveaux Délits et Catarrhe.

2 commentaires:

  1. Tout plein d'invention et de drôlerie affinant le prosaïque ! La subtilité (fin-surprise) du dernier poème me séduit.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ah ! C'est géniaaaal ! Merci.

    RépondreSupprimer