Valéry Molet


L’ombre

L’ombre de soi-même
Trompe encore.
Destin adultère
Qui se prend pour ce qu’on fuit
Et nettoie en vain ce que nous fûmes.
De quelle vérité sommes-nous l’établi ?
L’amour est ce mur
S’éteignant sous la glycine
La tête alourdie est inutile
Et rien ne s’y fiche.
Les larmes sont paresseuses.
Il semble que cette ombre demeurante
Soit servie dans un ramequin.
Il n’y a plus que des mots en forme de scoliose
Dont l’odeur
Rameute
Des fleurs industrielles.







Haut fonctionnaire (après l’ENA et un DEA d'histoire), Valéry Molet a été successivement magistrat financier, directeur général de l'Université Paris 8, délégué général au Grand Lyon et il est actuellement directeur général du département 93. Plus intimement, il lit et écrit depuis très longtemps essentiellement (poésie, philosophie et littérature) et il vient de se décider à envoyer ses textes... sur le tard. Il a aussi écrit quelques romans dont l’un est en cours de publication. Présent dans le n° 15 de Lichen.

2 commentaires:

  1. "... Des fleurs industrielles"... C'est beauuu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Le recueil de poésies vient d'être publié aux éditions ex aequo "le crématorium inutile" (voir le lien FNAC), si cela vous tente. Un roman sera publié aux éditions la petite hélène "la pâture des vers"

      Bien à vous

      http://recherche.fnac.com/ia4719201/Valery-Molet

      Supprimer